L’Art créé par les soldats dans la guerre

La première guerre mondiale devient rapidement une guerre de position à travers les célèbres réseaux de tranchées. C’est dans ce contexte que l’infanterie et l’artillerie se terrent à l’abri des tirs ennemis. La théorie de la guerre « éclair » disparaît très vite, les soldats vivent des journées interminables dans l’anxiété de la mort et l’abandon de leur milieu familial.

Au même moment , de nombreux prisonniers de guerre et quantité de travailleurs obligatoires sont internés dans des immenses camps, ils y passent de longues périodes dans l’ennui, le désarroi, éloignés de leurs épouses, parents, enfants mais aussi de leurs frères d’armes.

Tous ces hommes recherchent des petites occupations avec le peu de moyens disponibles et s’adonnent aux jeux de cartes, jeux de dominos etc… D’autres, hommes de lettres et peintres se consacrent à leur passion et enfin, de nombreuses personnes découvrent l’Art.

L’Art de dessiner, de graver, de sculpter, d’usiner, de tailler, ciseler, etc…

Assisté par des artisans; cordonniers, ébénistes,bijoutiers, horlogers, tailleurs, graveurs, … les hommes découvrent de nombreuses pratiques de l’Art.

Certes, ces pratiques étaient déjà utilisées dans les garnisons et mêmes au temps des guerres napoléoniennes  mais elles furent davantage pratiquées durant la grande guerre.

Découvrons quelques réalisations de notre collection, plusieurs sujets reviennent souvent et on peut distinguer quelques uns de ceux là:

  • gravures sur bois (dans les camps de prisonniers)

  • ciselage d’obus ( dans les tranchées) avec comme thèmes principaux , les fleurs et feuilles de chêne, les oiseaux, les célèbres champs de bataille et devises patriotiques, les femmes et enfants .

Toutes ces réalisations sont uniques .site to be souven Holzminden 1915

Ce cadre porte-photos  est remarquable de par l’utilisation d’un petit panneau de triplex provenant d’une cloison d’un baraquement abritant les prisonniers  à Holzminden en Basse-Saxe en Allemagne. Le travail est basé sur un minuscule piquetage du fond du panneau pour obtenir les lettrages en relief.

site to be coffret d'exil 1917

Magnifique petit coffret découvert dernièrement à Champion dans une charmante famille provenant de Nassogne dans les Ardennes belges. Ce coffret est une véritable oeuvre d’ébénisterie dont on a utilisé la même technique de piquetage avec, en outre, un très fin travail de scupture.

site to be collection douilles d'obus 75

site to be coupes papiers

Les coupe-papier sont très répandus parmi les soldats, ils sont constitués d’une cartouche de fusil dont la balle est fendue pour recevoir la lame. Celle-ci est conçue à partir du cuivre rouge provenant peut-être d’une bague d’obus et est finement ciselée après avoir été aplatie et polie.

La correspondance entre les soldats et leurs familles est très abondante et l’utilisation de ces coupe-papier et porte-plumes est significative avant de les considérer comme des souvenirs.

Ces porte-plume sont composés de 2 cartouches de fusils ciselées et assemblées avec terminaison du support de plume

site to be plumes avec douilles

site to be porte photos

Le porte photographie comprend 3 cartouches de fusils de calibres différents avec assemblage par petites soudures à l’étain.

site to be douille de 210 mm allem avec douilles mauser

site to be mons cendrier

Mons 1914

Le double encrier est construit avec l’utilisation de 2 têtes de fusées d’obus anglais dont les coiffes sont rendues amovibles par rotation pour recevoir les petits récipients contenant l’encre. Une belle plaque de marbre rose devient le socle de la réalisation, des cartouches jalonnent l’oeuvre sur le périmètre.

site to be collection dixmuse de ypres

site to be paire de douilles colect pers

site to be douille enfant 105 mmsite to be douille clownsite to be douille vosges 75 mm

 

site to be paire de cigognes obus 75site to be paire de colombes obus 75

site to be douilles grands modèles

 

site to be douilles jeux d'oiseauxsite to be verdun sur douille 75

site to be douilles 35 mm

 

Laisser un commentaire