La ferme de Jette-Foolz à Cognelée

La Ferme de Jette-Foolz

Le 21 Août 1914, en fin de journée, le canon du fort de Cognelée se fit entendre, des blessés sont amenés à l’église et l’exode des habitants du village débuta. Seul, le personnel de la ferme de Jette-Fooz  et de la ferme Ancion ainsi que quelques vieillards restèrent sur place.

Le 22 Août , nous sommes descendus à la cave jusqu’à midi, à cause du bombardement.

A midi, les premiers Allemands sont apparus devant la ferme de Jette-Fooz et dans les prairies aux alentours puis ils se sont éloignés.

Vers 2h00, un troupeau de vaches, victimes des shrapnels lors des bombardements, sont ramenées dans les étables et plusieurs d’entre elles périrent  de leurs blessures. A ce moment, 2 artilleurs du fort de Cognelée entrèrent dans la ferme, escaladèrent le mur de clôture et, du sommet de celui-ci, ile firent feu sur des ulhans  en direction de Tillier.

A 5h00, les Allemands étaient partout. Ils étaient chez nous à une distance de 700 m des tranchées belges qui étaient encore occupées.

Entre 7h00 et 8h00 du soir, un officier allemand, le major Karl Hartmann, Kdr des Fusiliers Batl.Garde Gren. entra comme un tigre dans la ferme avec ses hommes pour se réorganiser, il sera tué le 23 Août sur le territoire de Cognelée. ( il est inhumé au cimetière de Jette-Fooz.)

L’officier allemand accusa les civils de la ferme d’avoir tiré sur eux puis de les empoisonner et ordonna que la ferme soit brûlée le matin suivant.

Les occupants de la ferme ; Alphonse et Victor Godart, Oscar et Edmond Wérotte, Donat Hastir, Zulma Wérotte, Célina Thibeaux, Maximilien Mathieu, furent enmenés vers le bois de M. Gaiffier à quelques centaine de mètres, les hommes furent alignés les poignets  liés pour être fusillés mais, vers 2h00 du matin, les mitrailleuses belges crépitèrent et ce fut la fuite pour tout le monde.

Célina Thibeaux, nièce des fermiers de Jette-Fooz, partit la première et un Allemand lui brisa la jambe avant de la tuer d’un coup de baïonnette. Les autres se cachèrent dans les froments.

Alphonse Godart se traîna jusqu’à la ferme de Jette-Fooz qui brûlait depuis 3h30. Il délia les chevaux, 11 vaches et libéra les porcs et tout ce bétail fut emporté par l’ennemi le lendemain.

Un peu plus tard les hommes de la ferme de Jette-Fooz furent repris puis envoyés sous escorte dans l’église de Bouge puis celle de Champion…

Un petit cimetière fut  dressé sur la propriété de la ferme de Jette-Fooz avec une cinquantaine de sépultures allemandes dont le Major Karl Hartmann, l’oberleutnant Hans von Cochenhausen Kaisarfranz, Gard.Gren.rég 2, Gunther Hosemann, 5 Gar. rgt 3. F, leutnant Friedrich Koch, Gard. Gren.rgt 5, leutnant Anton Selig, Gard.Gren.rgt 5, oberleutnant Steliv Johannes Kurs, 5 Gard. rég. 3 F. , hauptmann Joachim von König, Gard. Gren.rég 5,…

Démantelé dans les années 70, le cimetière a disparu de nos jours et certaines pierres furent retrouvées sur le site proche de la ferme…

(cimetière de Bonnines)

Un ouvrage allemand sur les fortifications de Namur décrit le cimetière de Jette-Foolz avec le listing des sépultures qui se dressait dans ce lieu de mémoire…

Extrait d’un texto sur le net;

( A propos de cimetière militaire, il subsistait toujours vers cette époque un autre cimetière abandonné et dans un triste état où subsistaient des tombes de soldats allemands. Il se situait sur la route de Wasseige derrière la ferme de « Jette-foolz ». Juste à côté, il y a eu depuis une entreprise qui existe peut-être toujours.)

Laisser un commentaire