Colonel Damien BOURG ; la bataille de Merckem en 1918

Le colonel Damien BOURG est né dans le petit village luxembourgeois de Weicherdange, le 12Mars 1870.

Issu d’une famille paysanne,avec trois frères et une soeur, Damien Bourg mène une enfance tranquille puis entame une école Normale pour instituteur à Clervaux, la ville la plus proche.

Le 26 Mars 1887, il s’engage à la caserne d’Arlon dans le 11ème régiment de ligne.

Après peu de temps,il s’inscrit à l’école régimentaire d’Arlon, y apprend la langue française et prend le grade de sous-lieutenant.

Jeune officier, il est désigné pour le 6ème régiment de ligne et devient instructeur à l’Ecole Militaire d’Ath.

En 1908, il part en garnison à Bruxelles dans le 9ème régiment de ligne et ensuite au 8ème de ligne également dans la capitale.

C’est en Mars 1914 qu’il reçoit le grade de Capitaine-commandant et bientôt la guerre éclate, le régiment est dédoublé avec l’arrivée des réservistes, le commandant Bourg dirige la 3ème compagnie du 1er bataillon du 28ème régiment de ligne.Il opère dans le secteur des intervalles de la ceinture des forts autour de Namur avec la 4ème division d’armée du général Michel.

La bataille de l’Yser.

Le 17 Octobre 1914, l’armée belge, forte de 6 divisions, occupe les secteurs derrière l’Yser entre Nieuport sur la côte et Boesinghe près de Ypres. L’Yser est un fleuve de 20m de large sillonnant dans les plaines flamandes situées principalement sous le niveau de la Mer du Nord.

Le 18 Octobre, l’ennemi attaque le village de Keyem et oblige à nouveau les Belges à une retraite forcée avec de nombreuses victimes.

Le colonel Couturiaux, commandant le 8ème régiment de ligne prend part à une contre-attaque, le commandant Bourg participe à ces combats et Keyem est repris et c’est à plusieurs reprises que le front change de drapeau…

A partir du 28 Septembre 1914, les écluses de Nieuport sont ouvertes et l’inondation envahit les plaines entre l’Yser et le talus du chemin de fer.

Quelques semaines plus tard, le commandant Bourg est blessé lors d’une attaque sur le pont de Tervaete et il est transporté en Angleterre pour ses soins et sa convalescence.

Après cette période le commandant rejoint le front et se distingue toujours avec ses troupes… En Septembre 1916, il reçoit la Croix de Guerre et est nommé major à la fin de l’année.

En 1917, les Alliés stagnent sur leurs positions et les batailles s’enlisent dans les tranchées de l’Yser, le major Bourg souffre de nombreuses pertes parmi ses hommes et avec grande désolation il doit quitter à nouveau le front pour maladie.

Au début de l’année 1918, l’armée française positionnée sur les secteurs près de Nieuport est relevée par les Belges et une réorganisation de leurs forces est nécessaire pour stabiliser le front. Dans ce cadre, le 19ème régiment de ligne est créé et le major Bourg, malgré une guérison précaire, décide de rejoindre ce régiment pour diriger le IIIème bataillon.

La bataille de Merckem (Avril 1918)

Le 16 Avril 1918, le major Bourg reçoit l’ordre d’occuper  le front situé devant la forêt d’Houthulst.

A gauche de son poste de commandement, la 9ème compagnie du 19ème régiment de ligne prend position au GOURDI sous le commandement du capitaine Mahy avec 2 postes avancés; les fortins d’ISLANDE et VICTORY. Cette compagnie est en contact avec le 12ème régiment de ligne.

La 10ème compagnie occupe le petit bois de MONDOVI situé devant le p.c. du major et est dirigé par le commandant Vanneste, ses postes avancés sont le CARREFOUR de LONDRES et d’ALESIA.

La 11ème compagnie du lieutenant Frerotte tient la ferme de CHAMPAUBERT, et est en contact avec le 3ème bataillon du 13ème régiment de ligne.

La 12ème compagnie du lieutenant Culot répartit ses mitrailleuses sur tout les secteurs ci-avant.

A l’aube, une colonne allemande progresse sur le front, les mitrailleuses crépitent, les grenades éclatent, la confrontation est rude et les victimes sont nombreuses.

Il faut se maintenir !

Les braves soldats se défendent désespérément, les officiers ragent, les avant-postes tombent, les actes de bravoures sont abondants, la situation est très critique mais le commandant Mahy résiste bien dans les tranchées du GOURDI. Il fait évacuer le poste de la ferme d’ISLANDE tandis que le poste de VICTORY de l’adjudant Fontainas et du sergent Body résiste à trois reprises aux assauts ennemis.

Début d’après-midi, les soldats sont éreintés, le major Bourg parvient a stabiliser la situation lors d’une légère accalmie. Il déplace son p.c. légèrement pour mieux visionner le champ de bataille mais déjà le flanc droit devient vulnérable par le nombres de ses hommes mis hors combats. Un tir d’artillerie anglais, mal réglé, fait pester les Belges mais progresse vers le cimetière et la précision devient effective. Les Allemands ripostent mais leurs pertes sont considérables …

site me be bourg article

3 thoughts on “Colonel Damien BOURG ; la bataille de Merckem en 1918”

  1. bonjour,
    je possede une medailles dans ma collection que je revend pour l instant une medaille du colonel bourg emise le 20 mai 1931pourriez vous me dire si cette piece est cotee et a combien merci

  2. Cet article est diffusé à partir du 24 Déc 2012, soit exactement 96 ans après la formation du 19ème régiment de ligne belge, à savoir le 24 Déc. 1916

Laisser un commentaire