S.A.R. la reine Elisabeth, infirmière à l’hôpital L’Océan à La Panne

site-to-be-famille-royale-heroique

Début 1914, la Reine Elisabeth de Belgique conduit ses enfants en Angleterre. C’est ensuite un pénible voyage de trois jours à travers le nouveau front de l’Yser. Elle s’installe avec le Roi Albert dans un chalet sur la côte belge à l’entrée de la ville balnéaire de La Panne. Le chalet royal ne comporte pas d’eau courante , d’électricité et de chauffage central. Sous les obus, la Reine effectue de nombreuses visites et multiplie ses bienfaits…

site-to-be-les-villas-cotieres-royales

A son initiative, des hôpitaux naissent partout en arrière du front et parfois proches de la première ligne. Dans l’hôpital « L’Océan » dirigé par le professeur Depage, la mortalité tombe de 20 à 5 %.

site-to-be-reine-elisabeth-croix-rge

L’Ambulance l’Océan de La Panne est née du désir de S.A.R. la Reine Élisabeth de voir s’ouvrir un grand hôpital chirurgical dans cette ville.

Le Professeur Antoine Depage, alors président du comité médical de la Croix Rouge de Belgique, se rallie à sa cause et la Reine se voit attribuer un hôtel sur la digue, l’Océan.

La Croix Rouge belge devient alors responsable de l’aménagement de l’hôpital, tandis que l’armée s’occupe des soins aux malades et blessés ainsi que du personnel. Les premiers blessés sont accueillis le 20 décembre 1914. À l’origine, d’une capacité de 180 lits, l’établissement ne cesse de croître pour atteindre les 1.200 lits à côté desquels viennent s’ajouter 6 salles d’opération, un cabinet de dentisterie et un atelier pour la fabrication et la réparation d’instruments chirurgicaux.

Quant au corps médical, il se compose de 30 médecins et l’effectif en personnel infirmier se chiffre à environ 200 personnes. En 1916, l’hôpital se dote encore d’un nouveau pavillon (60 lits), d’une salle d’examen neurologique, d’un espace récréatif pour les blessés (la salle  » Emile Verhaeren), d’un atelier pour la fabrication des membres artificiels et d’un institut de recherche scientifique, l’Institut Marie Depage

La plus grande partie des 150 infirmières sont britanniques. Leurs compétences sont performantes à l’insu des Belges qui n’avaient aucune formation en ce début de la guerre.

L’utilisation de la langue anglaise, parlée par de nombreux blessés ont déterminé le choix de Depage. Malgré ce choix, quelques-unes sont belges. Elles ont réussi à s’évader du pays occupé. Elles vont rapidement acquérir de l’expérience et la présence de la Reine leur donnera de l’enthousiasme

(texte des Archives de l’Etat Belge)

site-to-be-lapanne-locean

comtesse-site-to-be-comtvan-den-steen-avec-reine-elisabeth-1916-copie

La Reine en compagnie de la comtesse Van Den Steen de Jehay

site-to-be-la-reine-assiste-dr-depage

Un renfort d’infirmières belges arriva au fur et à mesure de leur formation dans l’école belge d’un des King’s Albert Hospital à partir de juillet 1915 au total elles seront 65 pour l’Océan.

site-be-sar-elisabeth-sur-front-avec-depage

site-to-be-la-reine-en-salle-doperation

site-to-be-reine-elisabethdvt-ambulance

site-to-be-dessin-dart-elisabeth

site-to-be-reine-elisabeth-durant-les-soins

site-to-be-la-reine-en-sortie-a-la-panne

site-reine-elisabeth-plebicitee-sur-le-front

site-to-be-montage-hopital-locean

site-to-les-souverains-sur-le-front

site-reine-elisabeth-distribue-des-presents-au-front

One thought on “S.A.R. la reine Elisabeth, infirmière à l’hôpital L’Océan à La Panne”

  1. Une exposition intitulée: La Femme Cachée de la Guerre est ouverte actuellement dans la ville côtière de La Panne.
    « La femme cachée de la guerre » s’attarde sur le récit captivant de différentes femmes emblématiques de la Première Guerre Mondiale.
    L’exposition est gratuite et accessible jusqu’au 31 Décembre 2016

    http://www.lafemmecacheedelaguerre.be

Laisser un commentaire