L’Oeuvre de Secours canadienne pour les victimes de la guerre en Belgique

ASU sac de grain MANITOBA 1915

 

asu belgiam relief and other funds
HISTORIQUE
L’Œuvre de Secours pour les Victimes de la Guerre en Belgique de Montréal vit le jour en septembre 1914, à l’initiative de Maurice Goor, le consul général de Belgique à Ottawa, de Lambert Jadot, un homme d’affaires bruxellois et de Hector Prud’homme, le directeur de la Société canadienne d’entreprises générales à Montréal et représentant de plusieurs banques belges au Canada. Sa création s’inscrit dans le vaste mouvement d’aide à la Belgique qui s’empara des Etats-Unis, de la Grande-Bretagne et de ses Dominions au début de la Première Guerre mondiale.

Placée sous le patronage de hautes personnalités, l’Œuvre de Secours connait un succès rapide. Dès sa création, le premier ministre du Québec, Lomer Gouin, appelle ses homologues des autres provinces à lui apporter leur soutien. En conséquence, des comités locaux voient le jour à travers tout le Canada. Grâce à l’aide de bénévoles, de paroisses, d’entreprises ou d’associations charitables de toutes sortes, des collectes de fonds et de denrées alimentaires sont organisées à travers tout le pays.
Active tout au long de la guerre, l’Œuvre ne cesse ses activités qu’en avril 1919. Cependant, le consul général de Belgique à Ottawa continue à recevoir des dons jusqu’en 1921. Ceux-ci sont redistribués à d’autres œuvres venant en aide aux Belges.

asu gothland navire red star line winnipeg manitoba

COMPÉTENCES ET ACTIVITÉS
La mission première de l’Œuvre de Secours était de venir en aide aux Belges éprouvés par la guerre. Pour ce faire, plusieurs actions furent entreprises. Durant les premiers mois de la guerre, l’Œuvre de Secours s’attacha à récolter et envoyer en Belgique vêtements et denrées alimentaires en tous genres. Les activités étaient coordonnées par le Comité central de Montréal, mais les bateaux partaient d’Halifax où le comité de cet endroit réceptionnait les dons et s’occupait d’affréter les bateaux. Six navires furent spécialement affrétés.
 Archives de la Guerre.

L’Œuvre à destination de l’Europe: le Tremorvah, le Dorie, le Calcutta, le Treneglos, le Saint Cecilia et le Gothland. D’autres cargaisons plus petites partent de Montréal sur des lignes régulières.
Jusqu’en février 1915, les compagnies ferroviaires du Canada offrent gratuitement le transport des dons reçus.

Cependant, à partir de cette date, seul le transport des vêtements et des produits médicaux et chirurgicaux fut pris en charge gratuitement. Dès lors, l’Œuvre de Secours se concentre sur les dons en argent.

Vers 1916-1917, l’Œuvre cesse d’envoyer des dons en nature en Europe, préférant les rediriger vers la Commission for Relief à New York. Durant les deux dernières de la guerre, les collectes d’argent occupent la plus grande partie des activités de l’association. Plusieurs campagnes sont menées dans ce sens en 1917. Une des plus importantes est destinée à amasser des dons pour offrir un repas supplémentaire aux enfants belges.

ASU dos du FANION MANITOBA 1915

Plusieurs démarches furent engagées dans ce cadre : des lettres furent envoyées à des résidents de Montréal pour leur demander une cotisation mensuelle, diverses personnalités canadiennes furent approchées pour créer de nouveaux comités locaux et il fut demandé à de nombreux curés de lancer un appel en faveur de l’Œuvre de Secours lors de leurs prêches dominicaux. Dans le même temps, une vaste campagne fut menée dans les écoles à l’aide d’affiches qui étaient placées dans les classes et où les enfants remettant des dons y écrivaient leur nom.
Les Tag Days sont un autre type d’événement organisé par l’Œuvre. Ces journées, destinées à récolter des dons pour les soldats belges, étaient le plus souvent organisées le 21 juillet, jour de la fête nationale belge. Plusieurs villes du Canada en accueillirent.
Pour se faire connaître et recueillir toujours plus de dons, de vastes campagnes publicitaires furent organisées par voie de presse, dans tout le Canada. En outre, l’Œuvre se dota d’un journal –  » Pro Belgica  » – qui, non content de promotionner l’action humanitaire, s’imposa rapidement comme le principal vecteur de la propagande belge au Canada. Parmi les sommes récoltées par l’Œuvre, une partie était envoyée à diverses œuvres dont le but était de venir en aide aux Belges. Parmi celles-ci, on peut citer l’Orphan Belgian Fund grâce à laquelle plusieurs orphelins belges furent secourus par des Canadiens.
Au final, l’aide du Canada fut très importante. Le 30 avril 1919, soit à la fin des activités de l’Œuvre de Secours, les dons en argent et en nature atteignaient près de 3,3 millions de dollars.
ORGANISATION
Le comité central de l’Œuvre était situé à Montréal. C’est de cet endroit que ses activités étaient coordonnées. Au comité central de Montréal s’ajoutaient de nombreux comités locaux, de tailles variables, situés aux quatre coins du Canada. Parmi ceux-ci, on retrouve entre autres les comités de Winnipeg, Halifax, Edmonton, Toronto, Calgary, Saint-John, Victoria, Medicine Hat, Saint- Boniface, Dundas ou Hamilton.
Maurice Goor, consul général de Belgique à Ottawa, fut le président de l’Œuvre 2 Colwell, L.S., Final Report September 1914 to April 1919, Montréal, 1919.

A. De Jardin fut le secrétaire du comité de Winnipeg tout au long de la guerre mais il fut aussi secrétaire- trésorier du Comité central de Montréal durant la deuxième moitié de la guerre. Peu avant sa dissolution, il en fut le vice-président. Quant à Hector Prud’homme, il fut impliqué dans la vie de l’Œuvre de ses début jusqu’en 1919. D’abord trésorier, il occupa ensuite le poste de vice-président en remplacement de Clarence I. de Sola, consul de Belgique à Montréal. Au niveau local, les postes à responsabilité furent occupés tant par des Belges que par des Canadiens.

asu sac manitoba hard wheat

Durant la guerre, ces archives furent conservées à Montréal (Comité central de l’Œuvre), à Ottawa (Consulat général) et à Winnipeg (Manitoba Branch). A une date indéterminée, probablement à la demande du consulat à Ottawa, l’ensemble fut transféré vers la capitale canadienne avant d’être envoyé à Bruxelles.

asu sac anderlecht canada

Magnifique sac provenant de la collection de l’ancien président américain Herbert Hovert  qui est conservé dans son musée de l’Iowa.

asu reconnaissance de bel à l'amérique

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.