Ernest PSICHARI, écrivain, tombé à Rossignol le 22 Août 1914

Ernest Psichari

Deux pièces d’artillerie sont installées sur le promontoire à l’Ouest du bois proche du château de Rossignol.

200 Marsouins, assistés des sections de mitrailleuses Laffisse et Laurent, forment un point de résistance, ils sont commandés par le commandant Chérier et le lieutenant Psichari…

Très vite, le commandant est blessé à la jambe et le lieutenant Psichari l’emmène vers la villa Provis, un poste de secours.

Après l’avoir déposé pour les soins, le lieutenant Psichari repart par la route et reçoit une balle dans la tempe.

Il s’effondre sur lui-même alors qu’il avait un chapelet en mains… 

    Lieutenant du 2e régiment d’artillerie coloniale,   Ernest PSICHARI tombe aux combats du 22 Août 1914 à Rossignol .

A cette date, le Lieutenant Psichari fut chargé  de défendre, avec sa batterie d’artillerie, une zone du flanc droit de son régiment devant Rossignol.

 Ernest Psichari était  petits fils d’Ernest Renan et fils de Jean Psichari.

 Avec une déception amoureuse, il contracte une carrière militaire, participe à une formation d’officier d’artillerie à l’école de Versailles puis devient sous-lieutenant avant de partir en Mauritanie et est cité à l’Ordre de L’armée…

L’armée ne lui fait pas oublier sa passion d’écrire, plusieurs ouvrages naîtront de sa plume malgré sa trop courte carrière…

L’Appel aux armes, remarquable roman d’Ernest Psichari  représente un éloge militaire qui prouve son enthousiasme à sa carrière.

 

 

Laisser un commentaire