All posts by michel

Trois Fils de Ligron perdent la vie dans la bataille de Virton du 22 Août 1914

Ligron est une petite commune proche de Le Mans dans la Sarthe.

len ligron place eglise

 

« J’ai découvert votre site exceptionnel consacré à la Première Guerre

Mondiale en effectuant la recherche suivante. Il existe dans le

cimetière de mon village de la Sarthe, une plaque rédigé en allemand

qui mentionne : ici reposent trois braves guerriers français du 117e

régiment d’infanterie décédé à l’hôpital de Lamorteau ». Si ce n’est une

tombe au nom d’Ouvrard, je n’ai pas trouvé d’autres éléments.

Avez-vous les moyens de retrouver l’identité de ces trois soldats? »

D.M.

len plaque commémorative ligron

Vers 5 h3o, donc avec 1 heure de retard, l’avant-garde de la 8ème division se met en mouvement. Elle est sous les ordres du colonel Chabrol, commandant la 5ème brigade, et se compose du 3oème et de la compagnie du génie. Elle sort de Virton par la route d’Etalle et se dirige sur Belle- Vue- Mais, avant même d’avoir atteint le plateau, le 3oème est arrêté par une violente fusillade. On n’aperçoit pas l’ennemi tant le brouillard est intense.

Le colonel Chabrol est tué. Peu de temps après, c’est le colonel Laffargue du 3oème , qui trouve sur le champ de bataille une mort glorieuse. Le régiment engagé tout entier subit des pertes sensibles et reflue peu à peu vers Virton. Le 124ème, envoyé au secours du 3oème, peut à peine déboucher de la ville, le 3ème bataillon s’engage néanmoins sur la route d’Etalle, tandis que le 2ème se porte vers l’ouest. Par une fausse manœuvre, le 5ème abandonne les hauteurs qui dominent Virton vers l’est, et que l’ennemi occupe aussitôt.

Le 117ème reçoit ordre d’attaquer vers Houdrigny pour essayer de déborder les Allemands vers Robelmont. C’est de ce côté qu’il se tiendra toute la journée en liaison avec le 87e du 2ème corps. Cependant, les 3oème et 124ème s’étaient repliés dans Virton, lorsque vers 8 h. 45 le brouillard étant levé, l’artillerie divisionnaire se mit à donner.

Trois batteries notamment prirent position entre le collège Saint-Joseph et la ferme de cet établissement et tirèrent avec une telle précision qu’elles firent de cruels ravages dans les rangs ennemis. La situation était devenue difficile dans Virton. Le général commandant le 4ème corps qui y avait établi, dès 6 heures du matin, son poste de commandement à l’Hôtel de Ville, décide de le transporter un peu plus au sud, à la côte 280, entre Saint-Mard et Harnoncourt.

Le mouvement du 117ème sur Houdrigny, appuyé par l’artillerie, oblige l’ennemi à dégager Virton et à se replier légèrement. Pendant ce temps, le 1 1 5 e occupe Saint-Mard et Chenois et permet à la 5 ème brigade de se rallier.

Toute la journée, les canons de 75 français firent de l’excellente besogne et il n’est pas étonnant de recueillir chez les Allemands l’aveu des effets désastreux du violent feu d’artillerie. Vers 19 heures, une charge à la baïonnette, partie des crêtes au sud d’Houdrigny, fit reculer l’ennemi jusqu’à l’orée des bois. A la tombée de la nuit, le 115ème se replie sur Montquintin dont il organise les hauteurs. Le 117ème en fait autant à Harnoncourt et Lamorteau.

extrait de « L’invasion Allemande  » de Smith & Nieuland

len livre d'or ligron page 4_modifié-1

len ligron le monument dans cimetière

 

len jamin louis 124 ri ligron

 

len livre d'or ligron page 5_modifié-1

len louvigne andré ferdinand lignron dcd ethe

len livre d'or ligron page 6

len ouvrad alfred joseph fiche mdh ligron

len rachet louis auguste fiche mdh

 

len ligron rte pointdujour

len 117ème drapeau

Le 117ème régiment d’infanterie quitte la caserne Chanzy à Le Mans lors de la mobilisation générale au début du mois d’Août 1914.

len le mans caserne 117ème ri

len arrivée 117è

 

 

Sous les ordres du colonel JULLIEN, le régiment entre en Belgique le 21 Août par Lamorteau et rapidement, est confronté à l’ennemi.

Le 22 Août devient la journée la plus meurtrière avec un embrasement général qui se nomme désormais la bataille de Virton. Cet évènement dramatique centré sur la ville de Virton avec d’effroyables combats également en périphérie, notamment à Ethe et Lamorteau pour ces soldats français…

 

len carte lamorteau ethe virton

Le 117ème régiment d’infanterie prend une part héroïque à la bataille de Virton, (22 août 1914), fournissant un assaut qui dure toute la journée sous le feu des mitrailleuses, et arrachant un cri d’admiration au général BOELLE, commandant le 4e Corps d’Armée :

 

« il convient de citer, et d’une façon générale, le 117e d’infanterie qui, toute la journée a été engagé et qui, vers 7 heures du soir, après un  hourrah auquel rien ne résistait, a abordé les retranchements ennemis. »

 

Malgré ce succès local et tant d’autres, c’est la retraite. Le 117e couvre la division et passe la Meuse à Dun, après avoir livré des combats d’arrière-garde à Lamorteau, Harnoncourt, Breheville.

Mais voici l’ordre de tenir et de se faire tuer sans reculer. Le régiment sait l’exécuter. Il s’installe à Montigny, (31 août 1914). Les 2e, 3e, 6e et 7e compagnies, qui occupent le village en feu, résistent pied à pied et se font hacher sur place. Cependant le retraite a continué, rendue possible par de pareils sacrifices, et cette retraite va se terminer par la magnifique victoire de la Marne.

Le 117e prend part à la bataille dans les rangs de l’Armée MAUNOURY, et bientôt se lance à la poursuite de l’ennemi qui recule enfin. L’Aisne est passée ; l’envahisseur, arrivé sur ses positions s’arrête.

Le 117e veut avancer encore et libérer encore, et malgré tout, un peu plus de la terre de France.

len lamorteau station

len lamorteau panorama village

len lamorteau la grand rue