Jean-Marie DELOBBE, 16ème régiment d’artillerie, traverse toute la guerre, 8 chevrons au front

Jean-Marie Delobbe est né à Mazée le 22 Janvier 1891.

Son père se nomme Léon et sa mère Joséphine Goffin

Il est cultivateur.

len mazée clocher

Après la longue période de guerre, il reprend les travaux à la ferme et, le 11 Février 1926, il épouse Marie Marguerite Berthe BINON à Vireux-Molhain, commune proche de la frontière dans la pointe de Givet( France)

len vireux-molhain 1925

len 16ème art breloque

En 1909, il effectue un service militaire de 2 années dans l’artillerie et est rappelé lors de la mobilisation de guerre début Août 1914. Il obtient  8 chevrons au front gagnées lors des 4 années de guerre dans l’angoisse et la détresse avec une présence interminable sur les champs de bataille de l’Yser.

len avt guerre portrait delobbe portait de Jean-Marie Delobbe lors du service militaire.

En 1918, les divisions d’armées belges dédoublent de nombreux régiments d’artillerie pour accentuer le nombre de batteries de tir pour l’offensive finale de la délivrance de la Flandre.

len extr croix de guerre delobbe

La Citation ci-avant,  avec décoration de la Croix de Guerre, est signée du chef de corps du 16ème régiment d’artillerie, le Lieutenant-colonel DEMOLDER.

Capitaine-commandant en Décembre 1913, Armand Demolder sert à l’état-major de la 4ème division belge. Le 30 Novembre 1914, il devient sous-chef d’état-major du général Michel. En Juin 1917, il commande le groupe de canons longs dans l’artillerie lourde. Il est alors élevé au grade de major. Le 2 février 1918, il sert au 16ème régiment d’artillerie pour en devenir après la guerre, le 22 Avril 1919, chef de corps de ce régiment avec le grade de lieutenant-colonel.

Il devient lieutenant-général en 1930.

len demolder croix du feu copie

Le 16ème régiment  d’artillerie a été formé le 2 février 1918. Il comprend 4 groupes :

1er groupe (canon de 105 mm  h. à 2 batteries),

2ème groupe (Obusier 155 mm S. à 2 batteries),

3ème groupe (Obusier 6 pouces à 2 batteries); le maréchal-des-logis DELOBBE (matricule 1210) est affecté à la 2ème batterie de ce groupe.

4ème groupe  d’artillerie territoriale (2 batteries M.V.D. et 1 batterie de mortiers 75 Schneider.)

Tous ces groupes appartenaient auparavant à d’autres régiments : les batteries de 105mm(haut) provenaient de l’ancien 7ème régiment d’artillerie mis à la disposition de l’armée britannique à Ypres devenu le 13ème artillerie.

Dans la suite, dissoutes dans le courant de l’année 1917, ces batteries réarmées de C. 105 L. sont versées d’abord au 1er régiment d’artillerie lourde puis dans les divisions d’armée. Celles de la 4ème Division d’Armée firent partie du 4ème Artillerie avant de passer au 16ème Artillerie.

 Le groupe d’obusiers 155 S. fut créé dans le courant de l’année 1917 et fit partie du 4e Artillerie.

Le groupe d’obusiers 6″ fut créé dans le courant de l’année 1917 et fit partie du 16 Artillerie.

len houwitser 155 court 1917 utilisé au 16è art_modifié-1

 L’Artillerie territoriale fit précédemment partie du 4 Artillerie.

Au moment où le régiment fut formé, la 4 Division d’Armée occupait le secteur de Merckem. Les II, III, IV groupes du 16 Artillerie se trouvaient dans ce secteur même, tandis que le 1er groupe du 16 Artillerie était en position de flanc près d’Hazewind (secteur de Nieucapelle).

Relevé en février 1918, il reprit position fin mars, dans le secteur de Nieucapelle attribué à la 4 D.A. puis dans celui de Woesten et de Dixmude-Loo.

Pendant l’offensive, le régiment fut tactiquement disloqué. Les groupes furent mis successivement à la disposition de celle des 4e ou 10e D.I. qui passait en première ligne.

 C’est ainsi qu’ils participèrent le 28 septembre 1918 à la prise du château Blanckaert puis, les jours suivants, à l’enlèvement de Woumen, d’Eessen et de la crête de Clercken.

Lors de la bataille Thourout-Thielt, le régiment marche avec la 4ème division d’armée par Handzaeme, Cortemarck, Thourout, Aeltre et se trouve le 20 octobre devant le canal de dérivation de la Lys (Landeghem) ; il termine la guerre sur la rive ouest de l’Escaut au nord d’Eecke.

 

len groupe freres d'armes photo 2 encadré A droite, avec ses Frères d’armes en 1916.

len batterie schneider 155mm belges

len chevr anc portrait delobbe Portrait du Maréchal-des-logis Delobbe à la fin de la guerre.

len tirlemont 16 e reg art

len groupe freres d'armes 01 encadré

len artillerie lourde casquée

len insigne artillerie belge

Après guerre.

len tirlemont mess soff

 » Merci beaucoup pour l’insertion sur votre site des informations concernant mon grand père qui d’une certaine façon , retrouve à nouveau ses compagnons de guerre. 

C’était  surtout l’esprit de fraternité  et la vie quotidienne avec ses compagnons d’infortune qui ressortaient souvent de ses récits et je pense qu’il occultait volontairement la part la plus sombre de ce qu’il avait vécu 

La suite de sa vie s’est poursuivie simplement ; avec beaucoup de philosophie ,d’ouverture d’esprit et d’amour de son prochain. »

2 thoughts on “Jean-Marie DELOBBE, 16ème régiment d’artillerie, traverse toute la guerre, 8 chevrons au front”

  1. remerciements à Monsieur T. Delobbe pour les précieux documents proposés qui ont permis de découvrir le 16è régiment d’artillerie à travers le parcours de son Grand-Père dans la Grande Guerre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.